La mascarade des masques

Nous n’avons pas pour habitude de nous exprimer sur des sujets politiques, nous sommes avant tout une marque de vêtements et laissons ces sujets aux experts. Mais notre engagement pour la fabrication française et la défense de nos savoir-faire locaux nous obligent à nous exprimer. Il est de notre responsabilité d’élever la voix pour soutenir nos partenaires et sous-traitants.

« Imaginer le monde d’après », « ne plus dépendre de l’étranger pour nos approvisionnements en masques », etc…
Expressions à la mode pendant le confinement, une certaine réalité économique reprend le dessus. A quoi sert de privilégier l’industrie française lorsque nous pouvons produire à bas coût à l’autre bout du monde ?
Visiblement « le monde d’après » ne viendra pas.

L’industrie textile française s’est organisée pour fabriquer plusieurs millions de masques « made in France », aujourd’hui l’État n’en veut plus…
L’Atelier d’Ariane à Lavau (10), notre atelier partenaire pour la fabrication des articles Garçon Français, se retrouve avec plus de deux millions de masques sur le dos et le risque de devoir licencier plusieurs dizaines de personnes.
Qu’en est-il des jolies paroles de nos dirigeants pour appeler les français à consommer « français » ? Finalement est-ce si important de réindustrialiser le pays et créer des emplois, lorsqu’il est possible d’acheter ailleurs, moins cher ?
Peu importe les conséquences écologiques et sociales, les actions prennent la place des paroles. Le « made in France » pour l’image de nos ministres et de notre Président, ça le fait grave. Mais finalement l’État s’en fout !

Quelles leçons les entrepreneurs, qui s’engagent chaque jour dans le produire en France, doivent-ils en tirer ? Quel est notre intérêt de continuer de fabriquer français si même notre propre État n’y apporte que trop peu de valeur ?
Les entrepreneurs français et les salariés méritent décidément beaucoup mieux !

France 2 a consacré un reportage à cette mascarade au journal de 20h du quatre juin dernier. Lorsque les commandes gouvernementales privilégient des masques vietnamiens à des masques français, visionnez le reportage à partir de la minute 05’15’ ‘ en cliquant ici.

Acheter français, ça sert à quoi ?

« Nos emplettes sont nos emplois », le slogan de la campagne de publicité des années 90, conduite par les CCI de France, a marqué les esprits. Cette expression devenue adage devrait être la devise du Ministère de l’Économie et des Finances.

Mais pourquoi est-ce si important de privilégier l’achat de produits fabriqués sur le territoire national ?

Une production locale est tout d’abord essentielle pour réduire l’impact carbone de l’ensemble des français. Importer un vêtement ou tout autre produit du quotidien est un non-sens écologique si celui-ci peut être fabriquer localement. Sans aller plus loin dans le développement écologique, abordons le sujet économique.

Dans les années 1970, l’industrie textile comptait environ 600.000 emplois dans l’Hexagone. Après quarante ans de désindustrialisation et délocalisation, le textile n’emploie guère plus de 60.000 personnes aujourd’hui. Notre besoin de se vêtir reste essentiel, alors pourquoi avons-nous laissé notre production nationale s’effacer au profit de produits bas-de-gamme venus de l’autre bout du monde ? Pouvons-nous considérer que cette stratégie a été positive pour l’économie dans son ensemble ? Avec un peu moins de trois millions de chômeurs en France, ces choix sont tout à fait discutable même si le PIB n’a cessé de croître.

Est-il trop tard pour inverser la tendance ? Espérer créer 500.000 emplois, pour ce seul secteur, parait utopique. En revanche, un petit effort collectif permettrait de mettre en place une nouvelle dynamique. Selon une étude de la FIMIF, si chaque français achetait un produit textile sur trois, issu d’une fabrication française, nous pourrions créer à moyen terme plus de 160.000 emplois.

Prêt(e) à relever le défi ?

Le sujet vous passionne ? Rendez-vous sur nos pages consacrées via les deux liens suivants : fabrication française et engagement durable

Boxer Marinière – Garçon Français

Recyclage des déchets

Le meilleur déchet est celui que nous ne produisons pas. En partant de ce principe, nous mettons en place une politique volontariste afin de diminuer le plus possible nos détritus, notamment avec l’utilisation plus raisonnée des emballages.

Ça se traduit de quelles façons ? A la fabrication de nos articles dans nos ateliers partenaires, il est coutumier d’emballer individuellement chaque produit, chez Garçon Français nous n’avons jamais fonctionné de cette façon. Pour exemple, nos sous-vêtements sont conditionnés dans un sachet souple de dix pièces, nos t-shirts dans un sachet de cinq à huit pièces, etc… A la fin de l’année, il est plutôt simple de diminuer sa consommation de cinq ou dix fois, par rapport à d’autres industriels.

Autre exemple, pour le conditionnement de nos commandes en gros (pour nos revendeurs), nous réutilisons les pochettes d’emballage par dix pièces afin d’emballer les commandes de nos clients professionnels. Mieux vaut donner deux vies à un seul emballage !

Concernant les cartons utilisés pour le transport de nos produits entre notre atelier et notre entrepôt, nous réutilisons ces cartons à trois reprises en moyenne.

Abordons maintenant le recyclage au sein de notre entrepôt et de nos boutiques. Comment fonctionnons-nous ? L’ensemble des cartons, papier, plastique et autres déchets recyclables sont tous déposés dans la poubelle de tri correspondante.

Pour les déchets produits durant le processus de fabrication, chacun de nos partenaires à mis en place une politique adaptée à leur type de déchet. Prenons l’exemple de notre tricoteur de tissu, la société Bugis. Bruno Nahan, le directeur nous décrit dans un courriel sa démarche complète : « Nous récupérons toutes les huiles usagées qui servent à lubrifier et nettoyer nos métiers. La société Coved vient faire des prélèvements pour constater la qualité des huiles puis récupérer nos tonneaux d’huiles pour les recycler. Tous les cartons des bobines de fils, les cônes de fils en cartons et en plastiques ainsi que les plastiques protégeant les bobines de fils sont récupérés par le Foyer Aubois pour être recyclés.

Les fonds de cônes de fils de para-aramide (Kevlar et Twaron), les chutes de tissu 100% para-aramide et les tissus non conforme 100% para-aramide sont recyclés par une entreprise pour réaliser du fil 100% para-aramide régénéré ».

Comme quoi, chacun de nos partenaires prend en compte l’importance d’une réelle politique pour le traitement des déchets générés par son activité. Retrouvez les détails sur notre démarche d’engagement durable ici. La fabrication des tissus vous intéresse ? Visitez le site Internet de notre partenaire.

Oeko-Tex Standard 100

Il y a quelques années, de nombreux scandales ont fait la une de la presse européenne. Ces scandales de l’industrie textile mettait en avant le non-respect de normes pour l’utilisation, par exemple, de colle toxique pour la fabrication de chaussures ou de teintures cancérigènes utilisées lors du processus de teinte des matières textiles.

De trop nombreuses multinationales ne contrôlent pas suffisamment leurs prestataires dans ces lointains pays. Les consommateurs achètent alors des produits non-conformes et pouvant s’avérer dangereux pour la santé de ceux qui les portent.

Chez Garçon Français nous avons, depuis notre création, fait le choix de travailler uniquement avec des entreprises françaises (qui produisent sur le territoire national). Ces structures sont toutes soumises à des règles strictes découlant, aussi bien, de lois françaises que de règlements européens. Nos sous-traitants ont l’obligation de respecter toutes ces règles pour vendre leurs produits en France, ces obligations sont malheureusement différentes pour ces « pays lointains » ou les contraintes sont beaucoup moins contraignantes.

Un exemple concret, l’ensemble de nos partenaires, qui assurent la fabrication de nos matières premières (tissus, ceintures, boutons, etc…), adhèrent à la norme Oeko-Tex Standard 100. Ce label, créé dans les années 1990 en Allemagne, définie des critères extrêmement stricts pour la fabrication des articles. Il garantit aux consommateurs une totale innocuité des vêtements : aucun composant utilisé lors du processus d’élaboration et de fabrication des matières n’a une incidence toxique sur la peau et la santé des personnes. Ce label fut précurseur pour protéger les consommateurs d’éventuels produits irritants ou allergisants.  

Produisons français et fabriquons de vrais produits qualitatifs, respectueux de la santé humaine et de l’environnement. Chez Garçon Français, ce n’est pas qu’un vague concept mercatique, mais bien notre crédo au quotidien.

Visitez la page consacrée à notre démarche environnementale en cliquant ici.

Oeko-Tex – Garçon Français

Coton biologique ?

Coton biologique ou coton conventionnel ?

En huit ans, Garçon Français a toujours respecté les valeurs de son créateur. Vicky Caffet a créé la marque pour en être fier, fier de ses produits, fier de la qualité, fier de ses partenaires.

Faire le choix, parfois difficile, de fabriquer l’ensemble de ses articles localement est un pari risqué qui a pourtant été relevé avec brio. Vicky veut désormais aller plus loin, il souhaite aller au bout de cette démarche avec une traçabilité totale des filières avec lesquelles nous travaillons.

Un exemple : le coton. Celui-ci ne peut être cultivé en France, il provient majoritairement d’Asie ou d’Afrique. Encore récemment, nous utilisions uniquement du coton conventionnel, c’est-à-dire une plante cultivée de façon non biologique.

Y-a-t-il un intérêt à privilégier un coton biologique ?

Si nous devions réfléchir en terme financier, l’achat de coton biologique n’a aucun intérêt. Il est plus cher. Il est également nécessaire de prévoir ses approvisionnements beaucoup plus en amont. Les surfaces cultivées sont très faibles, nous devons réserver nos quantités au moins deux ans à l’avance.

Pour l’aspect environnemental, le choix bio est évidemment meilleur. Le coton représente environ 3% des surfaces cultivées de la planète pour 25% des pesticides employés. Vous comprenez l’urgence.

Début 2020 en collaboration avec notre fournisseur de tissu, la société Bugis, nous basculons progressivement toute la production de nos tissus avec du coton issu de culture biologique. Les premiers métrages de notre fameux tissu au 210gr/m² sortent tout juste du tricotage.

Ce coton est cultivé dans le Sud des Etats-Unis en respectant la norme GOTS. Une norme particulièrement stricte pour ne cultiver que du coton de façon biologique : les graines sont sans OGM, pas d’utilisation de pesticides et autres engrais chimiques. De plus, l’utilisation d’eau est raisonnée.

Plutôt que d’attendre, il est nécessaire que des marques françaises s’investissent efficacement pour une culture plus à l’écoute de la terre et des hommes. Chez Garçon Français, ça devient une réalité. Action, réaction !

Le sujet vous intéresse ? Consultez notre page engagement durable. Et retrouvez notre boxer en coton bio, notre slip en coton bio made in France sur notre boutique boutique en ligne.

Objectif zéro plastique en 2020.

Comme chacun le sait, le plastique est loin d’être fantastique, il est même extrêmement problématique.

Chez Garçon Français, nous avons toujours eu le soin de minimiser notre utilisation de ce matériau issu du pétrole. Depuis notre création en 2012, nous privilégions l’emploi de pochette en papier, de boîte en carton pour tous nos paquets cadeaux. Néanmoins, pour le conditionnement des produits lors des expéditions postales, nous travaillons avec le carton, le papier et le plastique. Ce dernier, issu des énergies fossiles, reste très bon marché et plus léger que ses équivalents en papier. Le dilemme reste grand.

En cette fin d’année 2019, plutôt que de nous diriger vers une solution de plastique « vert », qui nous convainc assez peu, il nous a semblé plus sage et surtout beaucoup responsable de basculer rapidement vers des matériaux écologiques. Passons à l’action !

Pour les expéditions postales, la solution qui paraissait la plus évidente était les pochettes en papier kraft brun. Matériau écologique par excellence, le kraft brun est issu de copeaux de bois. Sa production ne nécessite pas de traitement chimique. De surcroit, il est 100% recyclable ou biodégradable.

Le choix paraissait évident, mais encore fallait-il trouver le produit adapté et le bon fournisseur. Il s’est avéré que la recherche n’était pas de tout repos, peu de fournisseurs proposent aujourd’hui des solutions et la qualité n’est pas forcément au rendez-vous.

Après une dizaine d’essai, notre choix se porta sur une entreprise autrichienne qui a créée une offre adaptée aux commerçants en ligne. La pochette kraft sélectionnée a un grammage suffisamment épais pour garantir l’arrivée de nos produits dans de bonnes conditions. Nous n’avons pu sélectionner une entreprise française, n’ayant pas trouvé une offre adaptée, nous conservons malgré tout un approvisionnement proche dans l’Union-Européenne.

Depuis ce début décembre, les premiers colis sont expédiés avec ces pochettes kraft. D’ici le mois de février 2020, l’ensemble des expéditions postales se réalisera avec ces enveloppes papier.

Garçon Français – objectif zéro plastique en 2020 !

La fin du plastique, c’est fantastique !

Souhaitez-vous en savoir plus sur notre engagement durable ? Rendez-vous sur la page dédiée.

Fins de série, qu’en faisons-nous ?

Cet été, une loi française est entrée en application afin d’interdire la destruction des invendus non alimentaire : la loi anti-gaspillage. Ces textes furent votés, notamment pour éviter l’absurdité de détruire des vêtements neufs, plutôt que de les écouler dans des filières spécialisées.

Quelle est notre approche pour les fins de série ou les produits défectueux ne répondant pas à nos critères de qualité ?

Toutes les fins de série sont proposées, sur notre site Internet, durant les deux périodes de soldes en janvier et en juin. Les articles qui n’auraient pas été vendus durant les soldes, sont automatiquement proposés à notre magasin d’usine à Troyes lors d’une braderie annuelle. De ce fait, aucun produit n’est jamais détruit, il trouvera toujours un acquéreur.

En outre, chaque produit que nous proposons à notre clientèle doit répondre à des critères stricts de qualité. Pour ce faire, différents points de contrôle sont effectués lors des étapes de fabrication, afin d’écarter les éventuels défauts.
Tous les sous-vêtements ou autres vêtements présentant un défaut sont automatiquement écartés de notre circuit traditionnel de distribution. Ceux-ci sont alors entreposés dans l’attente de la braderie annuelle.
A l’issue de cette vente annuelle, les articles ne trouvant pas preneurs sont tous confiés à une association reconnue d’utilité publique, l’antenne troyenne de la Croix Rouge, qui assura la distribution auprès des plus démunis.

Chez Garçon Français, jamais aucun produit n’est jeté à la poubelle. Plus qu’une politique commerciale, ce serait un non-sens écologique de détruire nos fins de série ou nos produits défectueux (néanmoins utilisables).

Rendez-vous sur la page FaceBook de la boutique de Troyes, pour connaître les dates de la vente annuelle.

Made in France vs made in ailleurs

Depuis la création de Garçon Français, Vicky Caffet, le créateur de la marque, n’a eu de cesse de poursuivre son engagement afin de maintenir la totalité de notre production en France. Cette démarche, loin d’être la plus aisée, nous parait essentielle et primordiale à l’époque ou nous vivons. Les contraintes environnementales et sociales sont telles, que nous nous devons de continuer le combat pour créer et soutenir l’emploi local, en France.
Très loin de ces préoccupations, de grands groupes textiles ont, depuis longtemps, privilégié une production « made in ailleurs » dans l’unique objectif de satisfaire leurs comptes de résultat.
Ils proposent, certes, des articles bon marché et inondent leurs enseignes de ces produits bas de gamme. De nombreux consommateurs sont ravis de pouvoir bénéficier d’articles aussi peu chers, mais à quels prix ?

Un article de « Le Monde » (à consulter ici dans son intégralité), paru il y a quelques jours, met en évidence les effets pervers de cette consommation de masse, irrespectueuse de l’environnement et de l’Homme. Mettons de côté, l’aspect purement environnemental, pour nous concentrer sur l’aspect humain. Le journaliste illustre cette course ridicule au profit, au détriment du respect des ouvriers et de leur considération.
En prenant comme exemple, le nouvel eldorado de la production textile en l’Afrique, l’Éthiopie « qui ambitionne de devenir le principal centre manufacturier du continent, a séduit les investisseurs en mettant en avant la disposition des salariés à travailler pour moins du tiers du salaire des travailleurs du Bangladesh ».
Aujourd’hui, un éthiopien touchera en moyenne vingt-trois euros par mois pour son dur labeur, encore moins qu’un kényan (207€) ou qu’un chinois (326€). Le salaire est très certainement proportionnel au niveau de vie, me direz-vous, et non même pas ! Ces 23€ ne suffisent pas au travailleur pour vivre de ce seul revenu, décrit l’article.

Ce triste exemple, parmi tant d’autres, montre les effets pervers de cette consommation de masse. Plus que jamais, une production locale et à privilégier dans ses achats du quotidien. Le consommateur doit cesser de penser à son pouvoir d’achat sur le court terme, il doit consommer moins et mieux. Sur le long terme, cette démarche profitera aussi bien à son porte-monnaie qu’à l’amélioration des conditions de travail dans le monde.

Si vous doutez encore des bienfaits d’une production 100% française, rendez-vous sur les pages consacrées à notre production et à notre engagement durable.

Garçon Français au salon du made in France

La fabrication française est pour nous plus qu’une mode, c’est une nécessité que nous avons inscrit dans l’ADN de notre marque. Pour Garçon Français, produire l’ensemble de nos sous-vêtements localement est un élément essentiel de notre stratégie. En faisant ce choix, nous réduisons nos marges pour des valeurs qui sont les nôtres. Des valeurs de développement durable, de réduction des rejets en CO² et de maintien des emplois dans l’industrie française.

Les jeunes entreprises se doivent de suivre ce schéma pour préserver notre environnement et construire un avenir plus radieux pour les prochaines générations. De nombreuses sociétés en France partagent notre ambition.

Cette année, nous avons pris la décision de participer au salon MIF expo. Cet évènement regroupe des entreprises spécialisées dans la fabrication française. Du prêt-à-porter, de la décoration, de l’automobile, vous pourrez y découvrir une multitude de produits 100% made in France.

Rendez-vous du 14 au 16 novembre à Paris, au parc des expositions de la porte de Versailles: http://www.mifexpo.fr/

A partir du 5 novembre, vous pourrez télécharger des invitations gratuites sur notre page Facebook: https://www.facebook.com/garconsfrancais

salon mif expo

Garçon Français participe au salon MIF Expo.

Garçon Français s’engage avec 100000 entrepreneurs

Vicky Caffet, créateur de Garçon Français, s’engage au côté de l’association 100000 entrepreneurs pour promouvoir l’entrepreneuriat et l’esprit d’entreprise auprès des jeunes lycéens et étudiants.

Cet organisme a pour but de sensibiliser les jeunes de 13 à 25 ans à l’entrepreneuriat au moyen de témoignages de chefs d’entreprise dans les établissements scolaires. L’association a réussi à sensibiliser plus de 130.000 jeunes depuis sa création, et 45.000 sur la seule année 2012-2013.

Avec une activité et une production ancrée dans un tissu économique local, Garçon Français fait partie de cette nouvelle génération d’entreprises qui promeut une économie plus juste et plus solidaire. Rappelons brièvement que les sous-vêtements pour homme de la marque sont tous produits en France auprès de PME françaises. Vicky Caffet désire faire partager à ces jeunes son enthousiasme pour l’entreprise d’Aujourd’hui.

 Découvrez en quelques clics l’activité de 100000 : http://www.100000entrepreneurs.com/

Garçon Français s’engage dans l’économie locale pour fabriquer sa lingerie homme : http://www.garcon-francais.fr/Fabrique-en-France

bridesmaid dresses

100000 entrepreneurs & Garçon Français